logo galerie olivier waltman

 

Série 102.

 

Les notions de " cliché ", d'image et de rapport au temps sont au cœur de la série.
Tous les tableaux sont de taille identique : 130x97 cm.
Ils créent une confusion entre l'histoire individuelle et l'histoire collective, en jouant sur l'ambiguïté de la photo, la vidéo et la peinture.

Les 102 tableaux réunis forment un film, une séquence de vie. Les inscriptions et les pictogrammes permettent de les assembler. Il n'y a pas de début, pas de fin, les indications permettent simplement de savoir quel est le précédent et le suivant de chacun des tableaux.

 

Patrice Palacio
Montpellier, 2005

 

 

 

Série jamais 203.

 

Il s’agit d’une série qui s’appuie sur l’histoire de l’art ; chaque tableau porte une référence mais traité à la manière d’un roman-photo. Toutes les oeuvres mettent en situation des personnes de mon entourage. De fait, ce travail est relativement autobiographique avec un coté décalé voire ironique ou absurde sur la l’omniprésence de la référence dans la création contemporaine. Tous les tableaux ont la même taille 130x97 cm et la même orientation verticale.
Sur chacun d’eux, un cartouche noir et une écriture blanche standardisée faite à la main (le blanc est celui de la toile vierge) forment un dialogue. Ou un sous titre. Bien que celui-ci n’ait pas de lien direct avec l’image qui l’accompagne, le rapport dialectique se met en place instantanément et étend la narration.

Je pourrais tout aussi bien dire que j’avais une histoire en tête, dont j’ai écrit le scénario. Je dissémine les dialogues de l’aventure d’un homme au gré de mes tableaux. Et j’observe s’ils ouvrent d’autres portes.

 

Patrice Palacio
Montpellier, 2009

 

 

 

 

 

 

adresse galerie olivier waltman

Tous droits réservés - copyright Galerie Olivier Waltman